Manifestations scientifiques

Manifestations scientifiques destinées à poser les fondements du projet MISSIVA

Séminaire doctoral « L’écrit des femmes en Europe (Moyen Âge-Époque Moderne) »

Université d’Artois, 22 avril 2015

Coordination : Patricia Rochwert-Zuili (U. d’Artois) et Sarah Voinier (U. d’Artois)

Consacrée à l’émergence de la voix féminine à travers l’écrit dans l’Europe du Moyen Âge et de l’Époque moderne cette journée de séminaire doctoral a permis de dresser un premier état de la question et de poser les fondements du projet MISSIVA. Au cours de cette journée, on s’est attaché à distinguer les spécificités, selon les aires géographiques, les époques et les supports, des lettres femmes.

Participants : Édith FLAMARION (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Béatrice GAIN (U. d’Artois), François RAVIEZ (U. d’Artois), Patricia ROCHWERT-ZUILI (U. d’Artois), Hélène THIEULIN-PARDO (U. Paris-Sorbonne), Sarah VOINIER (U. d’Artois), Myriam WHITE-LE GOFF (U. d’Artois).


Séminaires « Comunicación y negociación en la cultura política hispánica, siglos XIII al XVI: fuentes y perspectivas de análisis »

Collège d’Espagne (Cité Internationale Universitaire, 7E boulevard Jourdan, 75014 Paris), 14 et 21 mars 2016

Coordination : Jean-Pierre Jardin (U. Sorbonne-Nouvelle–Paris 3), José Manuel Nieto Soria (U. Complutense, Madrid), Patricia Rochwert-Zuili (U. d’Artois) et Hélène Thieulin-Pardo (U. Paris-Sorbonne)

Participants : Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ (U. Complutense de Madrid), Jorge DÍAZ IBÁÑEZ (U. Complutense de Madrid), Pablo MARTÍN PRIETO (U. Complutense de Madrid), José Manuel NIETO SORIA (U. Complutense de Madrid), María del Pilar RÁBADE OBRADÓ (U. Complutense de Madrid), Oscar VILLARROEL GONZÁLEZ (U. Complutense de Madrid), David NOGALES RINCÓN (U. Complutense de Madrid).


Colloque international « Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (XIe-XVs.) / Cartas de mujeres en la Europa medieval (s. XI-XV) »

Casa de Velázquez, Madrid, 23-25 mai 2016

Coordination : Jean-Pierre Jardin (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), José Manuel Nieto Soria (U. Complutense de Madrid), Patricia Rochwert-Zuili (U. d’Artois) et Hélène Thieulin-Pardo (U. Paris-Sorbonne)

Organisation : CLEA (EA 4083), LECEMO (EA 3979), Proyecto « Prácticas de comunicación y negociación en las relaciones de consenso y pacto de la cultura política castellana, ca. 1230-1504 » (HAR2013-42211-Pde la Secretaría de Estado de Investigación, Desarrollo e Innovación, Programa Estatal de Fomento de la Investigación Científica y Técnica de Excelencia), Textes & Cultures (EA 4028)

Collaboration : EHEHI–Casa de Velázquez, SMELPS/IF/FCT (Universidade do Porto)

Dedicadas a la documentación y a las cartas fictivas que se encuentran en los textos historiográficos y la literatura, las comunicaciones presentadas en este congreso examinaron algunas de las características de este tipo de escritos. Versaron, por ejemplo, sobre la función de las cartas, su carácter informativo y performativo, así como sobre los modelos o registros que convocan. Se insistió asimismo en el papel de informadoras y de mediadoras que pudieron desempeñar las mujeres y en las modalidades de su intervención en el ámbito político, jurídico o religioso. Por fin, se destacaron en esas cartas unos elementos que podrían ser considerados como típicamente femeninos.

Participants français Frédéric ALCHALABI (U. de Nantes), Alexandra BEAUCHAMP (U. de Limoges), Sophie HIREL (U. Paris-Sorbonne), Jean-Pierre JARDIN (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Sylvie LEFÈVRE (U. Paris-Sorbonne), Claire PONSICH (Centre de Recherches Historiques, Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés, EA 1571, U. Paris 8), Patricia ROCHWERT-ZUILI (U. d’Artois), Hélène THIEULIN-PARDO (U. Paris-Sorbonne), Myriam WHITE-LE GOFF (U. d’Artois).

Participants étrangers Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ (U. Complutense de Madrid), Gregoria CAVERO DOMÍNGUEZ (U. de León), Monica FERRARI (U. de Pavie), Maria do Rosàrio FERREIRA (U. de Coimbra), María Jesús FUENTE (U. Carlos III de Madrid), María del Carmen GARCÍA HERRERO (U. de Saragosse), Joana GOMES (U. de Porto), Eduard JUNCOSA BONET (U. Complutense de Madrid), José Carlos RIBEIRO MIRANDA (U. de Porto), Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ (U. de Castilla la Mancha), María NARBONA CÁRCELES (U. de Saragosse), José Manuel NIETO SORIA (U. Complutense de Madrid), Federico PISERI (U. de Pavie), María del Pilar RÁBADE OBRADO (U. Complutense de Madrid), Óscar VILLARROEL GONZÁLEZ (U. Complutense de Madrid).

Voir le programme du colloque

Manifestations scientifiques organisées dans le cadre de l’intégration de MISSIVA aux programmes pluriannuels de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

MISSIVA 1

Colloque international « Correspondances entre femmes : échanges et médiations épistolaires (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVe s.) / Correspondencias entre mujeres: intercambios y mediaciones epistolares (España, Francia, Italia, Portugal, s. VIII-XV) »

Casa de Velázquez, Madrid, 27-29 septembre 2018

Coordination scientifique : Annabelle Marin (Sorbonne Université, EHEHI), Jean-Pierre Jardin (U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Patricia Rochwert-Zuili (U. d’Artois) et Hélène Thieulin-Pardo (U. Paris-Sorbonne)

Organisation : CLEA (EA 4083), EHEHI–Casa de Velázquez, LECEMO (EA 3979), Textes & Cultures (EA 4028)

Collaboration : SMELPS/IF/FCT (Universidade do Porto), Centre Roland Mounier (Sorbonne Université)

Première rencontre de MISSIVA (Lettres de femmes dans l’Europe médiévale, Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVes.) dans le cadre des programmes pluriannuels de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques, ce colloque international proposait une réflexion sur l’intérêt de l’épistolaire pour appréhender l’histoire des femmes. Il était consacré en particulier à la correspondance entre femmes et à l’émergence de ce que l’on pourrait considérer comme de véritables chaînes de médiation, ainsi qu’aux enjeux de ce type de sources. Dans quels contextes les femmes s’écrivent-elles et à quel propos ? Ces documents ont-ils une spécificité ? Que révèlent les lettres de femmes des liens qu’elles entretiennent avec leurs correspondants ? Que nous apprennent-elles du champ d’action et d’influence de ces femmes ? Telles sont les questions qui ont été abordées au cours de la manifestation scientifique.

Participants français : Amaia ARIZALETA (U. Toulouse-Jean Jaurès), Alexandra BEAUCHAMP (U. de Limoges), Isabelle HEULLANT-DONAT (U. de Reims Champagne-Ardenne), Annabelle MARIN (Sorbonne Université, EHEHI), Myriam WHITE-LE GOFF (U. d’Artois).

Participants étrangers : Francesca BATTISTA (Institute of Austrian Historical Research, U. de Vienne), Claudia BISCHETTI, Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ (U. Complutense de  Madrid), Gemma COLESANTI (Istituto di Storia dell’Europa Mediterranea–CNR Roma), Tiago Viúla de FARIA (U. Nova de Lisboa), Monica FERRARI (U. de Pavie), Maria do Rosàrio FERREIRA (U. de Coimbra), María Jesús FUENTE (U. Carlos III de Madrid), Isabella LAZZARINI (U. degli stuci del Molise), Diana PELAZ FLORES (U. de Santiago de Compostela), Federico PISERI (U. de Pavie).

Voir le programme du colloque

Voir les podcasts des conférences du colloque


MISSIVA 2

Colloque international « Savoirs, culture et mécénat dans la correspondance des femmes médiévales (Espagne, France, Italie, XIe-XVsiècle) » / « Saberes, cultura y mecenazgo en la correspondencia de las mujeres medievales (España, Francia, Italia, siglos XI-XV) »

Archivo Histórico Nacional et Casa de Velázquez, Madrid, 6-7 mai 2019

Coordination scientifique : Ángela Muñoz Fernández (U. de Castilla la Mancha) et Hélène Thieulin-Pardo (Sorbonne Université)

Organisation : CLEA (EA 4083), EHEHI, Casa de Velázquez, LECEMO (EA 3979), SMELPS/IF/FCT (Seminàrio Medieval de Literatura, Pensamento e Sociedade, Instituto de Filosofia, Universidade do Porto), Textes & Cultures (EA 4028)

Collaboration : Archivo Histórico Nacional

Dans le cadre du programme pluriannuel de l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid) « MISSIVA : Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVsiècle) », la réflexion portait, lors de  cette nouvelle rencontre, sur la correspondance des femmes médiévales comme véhicule de la transmission de savoirs : lettres de formation des élites, savoirs scientifiques ou autres modalités du savoir, univers culturels qui affleurent dans les lettres des femmes, lectures, participations aux débats de leur époque par exemple. La rencontre était également centrée sur la correspondance des femmes liée aux activités de promotion et de mécénat artistique, littéraire et religieux et sur les lettres consacrées à la promotion institutionnelle ou architecturale au service d’intérêts familiaux, dynastiques ou personnels.

Participants : Isabella AURORA (Biblioteca Apostólica Vaticana), Francisco de Paula CAÑAS GÁLVEZ (U. Complutense de Madrid), Valentina CARDELLA (U. degli Studi di Messina), Gemma COLESANTI (Istituto di Storia del’ Europa Mediterranea-CNR), Antonella DEJURE (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Roma), Rita FRESU (U. degli Studi di Cagliari), Laura GAFFURI (U. degli Studi di Torino), Fernando GÓMEZ REDONDO (U. de Alcalá de Henares), María del Carmen GARCÍA HERRERO (U. de Zaragoza), Emmanuelle KLINKA (U. de Nice, CLEA), Micol LONG (U. Gent, Belgique), Gloria LÓPEZ DE LA PLAZA (Archivo de la Corona de Aragón), Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ (U. de Castilla La Mancha, AEIHM), Ángela ORLANDI (U. degli Studi di Firenze), Ana María RODADO RUIZ (U. de Castilla-La Mancha), Francesco Paolo TOCCO (U. degli Studi di Messina).

Voir le programme du colloque

Voir les podcasts des conférences du colloque


MISSIVA 3

Colloque international « Enjeux et stratégies diplomatiques dans les correspondances de femmes (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVes.) » / « Obiettivi e strategie diplomatiche nelle corrispondenze femminili (Spagna, Francia, Italia, Portogallo, VIII-XV sec.) » / « Estrategias y cometidos diplomáticos en las correspondencias de mujeres (España, Francia, Italia, Portugal s. VIII-XV) »

Rome (École Française de Rome et Istituto Storico Italiano per il Medioevo) 28-30 octobre 2019

Coordination scientifique : Isabella Lazzarini, U. degli Studi del Molise José Manuel Nieto Soria, U. Complutense de Madrid Patricia Rochwert-Zuili, U. d’Artois, Textes & Cultures (EA 4028)

Organisation : AEIHM, CLEA (EA 4083), LECEMO (EA 3979), Textes & Cultures (EA 4028), EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid), EFR (Rome), Gobierno de España. Secretaría de Estado de Investigación. Proyecto HAR2016-76174-P

Avec le soutien de l’Istituto Storico Italiano per il Medioevo de Rome

Troisième rencontre de MISSIVA, le colloque international « Enjeux et stratégies diplomatiques dans les correspondances de femmes (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVs.) » était l’occasion de s’intéresser plus particulièrement au rôle diplomatique assuré par les femmes à travers leur correspondance, aux domaines de la diplomatie dans lesquels elles interviennent, aux différents enjeux de cette intervention et à la façon dont cette dernière prend forme dans les lettres que les femmes adressent à leurs interlocuteurs. L’enquête reposait sur un large éventail de situations et de rôles féminins : reines, princesses, mais aussi membres des différentes élites au pouvoir eurent en effet l’opportunité d’intervenir dans les négociations diplomatiques à plusieurs niveaux, parfois avec un succès considérable. Prenant appui, notamment, sur les travaux d’Isabella Lazzarini, cette rencontre abordait l’action diplomatique des femmes de pouvoir dans sa globalité pour en avoir une vision moins « anecdotique » et s’attachait à identifier les spécificités de ce type de correspondance en termes de langage, de stratégies, et de moyens par rapport au mainstream représenté par la diplomatie des rois et des ambassadeurs.

La correspondance des femmes dans le domaine de la diplomatie a été ainsi abordée selon deux axes :

  • On a tenté, d’une part, de dresser une typologie des interventions diplomatiques des femmes à travers leur correspondance en répondant aux questions suivantes : les documents permettent-ils de distinguer certains domaines et/ou contextes privilégiés de l’action diplomatique des femmes ainsi que certains cas particuliers ? À quels types de stratégies les femmes ont-elles recours dans leur correspondance ? S’agit-il d’actions diplomatiques directes, conjointes ou indirectes et, dans le dernier cas, à qui les femmes font-elles appel et de quelle façon ?
  • Ont été étudiés, d’autre part, les procédés discursifs mis en œuvre dans les documents en portant une attention particulière aux formules, aux registres et aux codes qui y sont convoqués, afin de distinguer, s’il en est, des éléments ou des arguments qui pourraient être propres aux lettres de femmes, ou du moins, à l’action diplomatique menée par certaines d’entre elles dans des contextes particuliers.

Cet élargissement de perspective a permis non seulement d’approfondir l’étude du rôle des femmes de pouvoir, mais aussi de définir les caractéristiques d’une diplomatie médiévale révélant de plus en plus ses manifestations multiples et polyphoniques, dynastiques et en réseau.

Voir le programme du colloque


MISSIVA 4 

Colloque international « Écrire au monastère, écrire du monastère. Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (VIIIe-XVe siècle) » / «Escribir al monasterio, escribir desde el monasterio. Cartas de mujeres en la Europa medieval (siglos VIII-XV)» / «Escrever ao mosteiro, escrever do mosteiro.
Cartas de mulheres na Europa medieval (séculos VIII-XV)». 

 

Université de Porto, Portugal,  28-29 septembre 2021

Coordination scientifique : Maria do Rosário FERREIRA (Universidade de Coimbra, SMELPS-IF/FCT), José Carlos Ribeiro MIRANDA (Universidade do Porto, RGRPS-IF/FCT), Ángela MUÑOZ FERNÁNDEZ (Universidad de Castilla la Mancha), Hélène THIEULIN-PARDO (CLEA/Sorbonne Université)

Organisation : CLEA (EA 4083), Sorbonne UniversitéLECEMO (EA 3979), U. Sorbonne Nouvelle-Paris 3Textes et Cultures (EA 4028), Université d’Artois, Proyecto Munarqas (I+D PGC2018-099205-B-C21), EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid), SMELPS- Institut de Philosophie, IF/FCT (PEstC/FIL/UI0502, Universidade do Porto)

Dans le cadre du programme de recherche « MISSIVA : Lettres de femmes dans l’Europe médiévale (Espagne, France, Italie, Portugal, VIIIe-XVe siècle) », cette quatrième rencontre portait plus spécifiquement sur les lettres que les femmes médiévales écrivirent depuis le monastère ou qu’elles adressèrent au monastère. On s’est interrogé, d’une part, aux échanges épistolaires entre les religieuses ou abbesses et le monde extérieur, ou encore aux lettres écrites par des femmes nobles ou des membres de la famille royale séjournant de façon plus ou moins longue dans un établissement religieux. On s’est demandé, d’autre part, qui était les femmes qui entretenaient une correspondance avec un monastère et dans quel but.

L’enquête a donc porté sur un éventail de situations varié et a fait apparaître diverses thématiques :

  • La réflexion d’ordre intellectuel, religieux ou mystique ; quelles sont les épistolières et quels sont les débats abordés ? que révèle la correspondance des femmes avec leur confesseur ?
  • La correspondance privée et/ou d’ordre familial traitant de l’éducation, de la transmission de savoirs pratiques, ou encore de la vie de la communauté religieuse ; quels sont les sujets abordés ? quels sont les destinataires des lettres ? que peuvent révéler ces correspondances de la vie de la communauté religieuse et de ses relations avec le siècle ?
  • La correspondance des femmes de la noblesse concernant la gestion de leur patrimoine en leur absence et à distance ; de quels relais disposent-elles ? à qui s’adressent-elles et dans quelle mesure peuvent-elles administrer leur patrimoine depuis le monastère ?
  • L’intervention des femmes, notamment liées à la famille royale, dans les affaires publiques, voire diplomatiques, depuis un établissement religieux ; quel pouvoir peuvent exercer les femmes depuis le monastère ?
  • L’intervention des femmes dans la vie de l’ordre, dans la fondation de chapelles ou de monastères, ainsi que dans la préservation de la mémoire des défunts ; comment interviennent-elles dans ces divers domaines ? que révèle leur correspondance de leurs activités de mécénat ou de gestion de la mémoire familiale ou dynastique ?

Voir le programme du colloque

Manifestations scientifiques auxquelles MISSIVA est associé

Colloque international « Scriver dei figli: lettere di genitori ‘eccellenti’ nelle corti europee tra la fine del Medioevo e l’Età moderna (XV-XVIII secolo) « Écrire à propos de ses enfants: lettres de parents ‘excellents’ dans les cours européennes de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne  (XVe-XVIIIe siècle) »

Collegio Ghislieri, Pavie, 28-30 mai 2019

Comité d’organisation : Monica Ferrari, Federico Piseri, Matteo Morandi (Università di Pavia), Patricia Rochwert-Zuili (Université d’Artois), Hélène Thieulin-Pardo (Sorbonne Université, Paris)

Comité scientifique : Lodovica Braida (Università degli Studi di Milano), Rita Casale (Bergische Universität Wuppertal), Antonio Castillo Gómez (Universidad de Alcalá de Henares), Maria Nadia Covini (Università degli Studi di Milano), Chiara Continisio (Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano), Monica Ferrari (Università di Pavia), Isabella Lazzarini (Università degli Studi del Molise), Matteo Morandi (Università di Pavia), Simona Negruzzo (Università di Bologna), Federico Piseri (Università di Pavia), Patricia Rochwert-Zuili (Université d’Artois),  Francesco Stella (Università di Siena), Hélène Thieulin-Pardo (Sorbonne Université, Paris).

Au sein des cours européennes, entre la fin du Moyen Âge et l’Époque moderne, la lettre devient l’outil le plus efficace pour bâtir et renforcer les réseaux politiques, administratifs, dynastiques, économiques, ou encore les liens familiaux et amicaux.

La lecture de ces correspondances permet de dégager – parmi les aspects formels d’un type de texte organisé selon une structure précise, et destiné, pour cela aussi, à faire foi du respect des relations interpersonnelles dans une société hiérarchisée – des indices d’attachement, des préoccupations, des attentes ou encore des déceptions : autant de traces, en somme, de sentiments qui définissent ces communautés émotionnelles que sont les cours, où les individus nécessitent une légitimation sociale constante.

Le propos de ce colloque était en particulier de promouvoir un débat au niveau international sur l’écriture à propos des enfants par des parents « excellents », ces princes et seigneurs des cours européennes qui ont défini, à un moment précis et dans un contexte donné, un style de vie, dont ils ont laissé une trace dans les attitudes mentales collectives et les mœurs culturelles. Il s’agissait en outre d’examiner les différences propres à certaines étapes de la vie (telles que l’enfance et la jeunesse), en les abordant, notamment, selon le type d’auteurs de ces correspondances et la façon dont ces maiores observent leurs enfants, selon leur genre.

Voir le programme du colloque